AMERIQUE LATINE

Voyage au Pantanal Brésilien

Pour partir au Brésil depuis la Suisse, Sao Paulo ou Rio de Janeiro sont souvent les deux villes proposées. La plupart des voyageurs choisissent d’arriver et de repartir par Rio.  Mais pourquoi bouder, à tort, la capitale économique et culturelle du Brésil, quand l’on peut visiter les deux ? Je vous conseille de commencer votre découverte du Brésil par la fascinante mégapole de Sao Paulo, puis de finir en beauté par la charmante Rio de Janeiro, en passant par la région du Pantanal.

Sao Paulo

Dès votre arrivée, vous serez surpris par cette ville cosmopolite qui abrite des populations du monde entier (Italiens, Portugais, Japonais, Espagnols, Libyens et bien d’autres peuples du Moyen-Orient, pour n’en citer que quelques-uns). Ce mélange multiculturel important se reflète dans la séduisante scène artistique de São Paulo. La visite du centre historique vous plongera au cœur du mouvement Art déco et du modernisme des année 50, sans oublier le parc d’Ibirapuera, véritable poumon de la ville qui abrite des bâtiments conçus par le célèbre architecte brésilien Oscar Nyemeyer.

Promenade au pied des  gratte-ciel de l’avenue Paulista,  découverte des graffitis du quartier de Vila Madalena, ou lèche-vitrines sur la chiquissime avenue Oscar Freire, Sao Paulo vous surprendra à tous les coins de rue, vous donnant envie de l’explorer toujours plus.

Pantanal

Après l’agitation urbaine, je vous suggère de partir au calme, parmi les plaines inondées les plus grandes au monde, au Pantanal. Chaco (comme on l’appelle en Bolivie et Paraguay), est une vaste réserve, partagée entre le Brésil (plus du 62% de sa surface), la Bolivie et le Paraguay. C’est l’incroyable sanctuaire d’une faune sauvage extrêmement  riche. Contrairement à l’Amazonie, les animaux n’y ont pas de dense végétation pour se cacher : l’observation est donc facilitée dans les plaines du Pantanal.

Au Brésil, cette région est située dans les états du Mato Grosso et du Mato grosso do sul.  Ce territoire est tellement grand que souvent l’on doit choisir quelle partie visiter. La porte d’entrée pour le Pantanal du nord est la ville de Cuiba, tandis que pour visiter le sud, il faudra voler vers la ville de Campo Grande. Pensez à privilégier les arrivées en matinée ou en début d’après-midi, car le parc et les premiers lodges se trouvent à minimum 2 heures de route de ces deux villes d’arrivée. Par bonheur, ces trajets sont toujours panoramiques, et on ne se lasse jamais du paysage et des étonnantes rencontres faites en chemin. À votre arrivée, pas d’hôtel à l’horizon ! Ce sont des «  fazendas », fermes  reconverties au tourisme, et dont certaines gèrent encore  leur exploitation, qui se chargeront de votre hébergement.  Lors de la visite du Pantanal nord, on peut en profiter pour aller marcher dans les énormes plateaux du Parc national de Chapada dos Guimaraes. Il se trouve à quelques kilomètres de Cuiabá ; les amateurs de marche seront émerveillés par le paysage. Cette région est aussi idéale pour se livrer à la pêche. De Cuiaba, toujours dans le nord, l’on peut également prendre la « Transpantaneira », route non asphaltée de terre orange, qui vous conduit vers Porto Jofre, région de pêche par excellence et territoire des jaguars.

Au Pantanal sud, vous pouvez faire une halte dans la région de Bonito, et nager avec des centaines de poissons dans les incroyables eaux cristallines de cette contrée.

Que vous  soyez dans le nord ou le sud du territoire, un séjour au Pantanal est une expérience inoubliable. Lors de vos pérégrinations sur l’eau, à pied, à cheval ou encore en safari pour traquer le jaguar, votre immersion dans la nature sera totale.  Vous n’oublierez jamais l’intensité des couleurs des couchers de soleil dans cette région du monde, au ciel orangé contrastant avec les silhouettes noires des derniers animaux se cherchant un refuge pour passer la nuit.

En espérant avoir suscité l’envie de découvrir cette contrée époustouflante, je reviens prochainement vous parler de la trépidante Rio.

Ivan

Spécialiste Amérique Latine
+41 22 839 43 99
 | i.delaguila@fert.ch